La première de «Le Géant d'Altzo» et «Stop War festibala» se démarquent dans la programmation de DSS2016 de mars
2016-03-01

La première de «Le Géant d'Altzo» et «Stop War festibala» se démarquent dans la programmation de DSS2016 de mars

L'opéra qui réunit littérature, spectacle de marionnettes et musique donnera sa première représentation le 20 mars au Théâtre Victoria Eugenia et le festival antibelliciste aura lieu en pleine Semaine Sainte, du 25 au 27 mars.

Parmi les autres rendez-vous incontournables citons la représentation de la troupe prestigieuse de danse Sasha Waltz & Guests au Kursaal le 14 mars, et l'agenda des discussions, ateliers et activités du projet Des murs qui parlent.

En février s'est distingué Time Machine Soup, dont les douze représentations ont affiché « complet ».

AltzokoHaundia 1240

Saint-Sébastien 2016 débute le printemps avec deux des points forts de sa programmation de l'année de la Capitale Européenne de la Culture.

D'une part, le 20 mars a lieu la première de Le Géant d'Altzo, opéra pour enfants inspiré par l'histoire réel de Miguel Joaquín Eleizegi, un homme atteint de gigantisme qui a été très populaire en Europe au milieu du XIXème siècle. La solitude, le respect de la différence, l'amour de la nature, l'innocence, la noblesse et la bonté sont les sentiments qui émanent de cette mise en scène pluridisciplinaire dans laquelle convergent l'opéra, la musique et les marionnettes. Les marionnettes ont été conçues par Nestor Basterretxea, le livret écrit par Koldo Izagirre et la musique composée par David Azurza. Iñaki Mata et La Enananaranja seront mis en scène par Emmanuel Márquez.

Après un passage par le Festival Mondial de la Marionnette de Charleville-Mézières (France), l'opéra donnera sa première représentation le 20 mars au Théâtre Victoria Eugenia, puis il sera en tournée pendant toute l'année dans plusieurs théâtres locaux et internationaux. Le 20, deux séances seront organisées (12h et 18h) et les entrées coûteront 12, 9 et 6 euros (sarrerak.donostiakultura.com).

D'autre part, quelques jours plus tard seulement, Stop War Festibala remplira les rues de Saint-Sébastien de théâtre, de musique, d'expositions et de magie avec une programmation conçue pour lancer un message antibelliciste et inviter à la réflexion sur les conséquences des conflits. Cela aura lieu en fin de semaine, du 25 au 27 mars, journées durant lesquelles DSS2016EU a imaginé un ensemble d'activités et d'événements répartis sur trois scènes situées dans le centre-ville et pensés pour remplir les rues dans un esprit de fête par diverses manifestations culturelles.

Stop War Festibala offrira trois types de contenu : réflexion, art et musique. Le réseau des scènes du festival se trouvera le long des rives du fleuve Urumea. Afin de mettre en évidence leur caractère revendicatif, trois des espaces feront référence à des conflits ou à la résolution de ces derniers.

Ce jeudi, le 4 mars, d'autres informations sur le festival seront données lors d'une conférence de presse.


Sasha Waltz & Guests : Sacre

En mars également, le 14, Sasha Waltz & Guests, considérée comme l'une des troupes de danse avant-gardistes les plus prestigieuses d'Europe, donnera une représentation à Saint-Sébastien dans le cadre de la conversation de Kursaal Eszena avec DSS2016EU. Le spectacle, Sacre, est un triple programme signé par sa fondatrice et directrice artistique, Sasha Waltz, fidèle au style d'origine qui lui a apporté une reconnaissance internationale.

La compagnie berlinoise présentera la version acclamée de Le Sacre du printemps, signée par Sasha Waltz elle-même sur de la musique de Stravinsky. L'attitude innovante et audacieuse de la chorégraphe influente sera complétée par deux autres de ses pièces : Scène d'amour, à partir de la musique de Roméo et Juliette de Berlioz, et Prélude à l'après-midi d'un faune, avec la musique de Debussy.

Sacre 1240

 
Des murs qui parlent

Les murs servent souvent à séparer des espaces, mais l'initiative Des murs qui parlent cherche à les transformer en éléments de cohabitation. Pour ce faire, plusieurs artistes ont transformé en automne 2015 cinq murs de Saint-Sébastien, d'Errenteria et de Pasaia, en utilisant l'expression artistique, certainement la plus ancienne : la peinture murale.

Ismael Iglesias est intervenu sur le mur situé face au passage Zubiaurre d'Intxaurrondo ; et Harsa (Arantxa Recio) a fait la même chose au parc Román Irigoyen d'Altza. Le mur de l'ascenseur de l'Urumea a été peint par Igor Rezola. Le collectif Hormachic a transformé le mur d'Alaberga d'Errenteria ; et Judas Arrieta, celui de Ziriza Etxea de Pasaia.

Maintenant, pendant la première quinzaine de mars, en plus de transformer un autre mur, une série de discussions, d'ateliers et d'activités sera proposée à Saint-Sébastien dans le cadre de cette initiative.

Hormekdiote 1240

 
...et bien plus encore

À tout ce qui précède s'ajoutera une programmation large et variée d'initiatives qui auront lieu pendant le mois de mars. En voici quelques-unes : les nombreuses présentations des travaux que les sept artistes sélectionnés dans le projet Labore ont développés ces deux derniers mois, la conférence « Quels sont les défis économiques et environnementaux du XXIe siècle ? » du projet Erronkak / Défis, les fonctions de dFERIA auxquelles DSS2016EU a collaboré dans le cadre de Conversations et le concert de Bill Ryder-Jones dans le cadre de la programmation de Music Box Festibala.

Tout l'agenda d'activités sera actualisé sur http://dss2016.eu/es/agenda


DSS2016EU clôture février avec succès

Après la semaine d'inauguration intense qui a eu lieu vers la fin du mois de janvier, pendant le deuxième mois de l'année, DSS2016EU a continué d'offrir une programmation culturelle large et variée qui, la plupart du temps, a reçu un très bon accueil des habitants.

L'un des projets qui représente le mieux la réussite des activités de février de Saint-Sébastien 2016 est Time Machine Soup, initiative du Phare de la vie qui a eu lieu les 11 et 21 février. Grâce à ses douze représentations, le spectacle sensoriel a permis à 1 700 personnes de voyager dans le temps à travers une douzaine de soupes. Le public et le critique ont tous deux apprécié le spectacle inhabituel et original. En témoigne la surveillance du projet sur les réseaux sociaux jointe par le suite :

Parmi les autres projets gastronomiques lancés avec succès en février citons On appétit. Dans le cadre de cette initiative, une semaine par mois, la cuisine se transformera en moyen de rapprochement et la célébration de la cohabitation en un effort de fusion de la cuisine basque avec celle d'autres régions européennes. En février, le projet a été inauguré par les cuisiniers polonais Tomasz Hartman et Michal Czekajlo, aux côtés d'Elena Arzak en tant qu'hôtesse locale. Le dîner-cours du 12 février a compté sur la présence de 25 participants et 80 personnes se sont rendues au showcooking du lendemain.

Time Machine Soup n'a pas été la seule activité dont toutes les entrées ont été épuisées. Plusieurs spectacles de la programmation offerte par Saint-Sébastien 2016 ont fait salle comble, comme l'œuvre de ballet La Belle et la Bête (aussi bien le spectacle que le cours proposés au grand public) ou la performance d'Esther Ferrer, Je vais vous raconter ma vie, qui a représenté le lancement de sa carte blanche.

Les scènes de Kaxilda et de la société gastronomique Vasconia ont également affiché complet dans l'ensemble de concerts de Music Box Festibala qui a eu lieu le 12 février. Au total, plus de 180 personnes se sont rendues aux représentations d'Indigo+Izaro et de Daniel Norgren, ainsi qu'à la séance précédente de DJ.

En février, le deuxième appel à propositions du projet Hibrilaldiak a également été lancé. Huit entreprises et collectifs relèveront huit défis avec l'aide d'une personne au profil différent. La séance de lancement qui a eu lieu le 25 février a compté sur la participation d'une cinquantaine de personnes.

C'est le même jour qu'a commencé le Forum international des toiles de jute, qui s'est tenu pendant quatre jours à Bilbao, Gernika et Saint-Sébastien. Plus d'une cinquantaine de personnes ont participé à cette rencontre.

Des activités sont également consolidées avec le temps. C'est le cas de HorKonpon qui, lors de sa séance en février, a vu passer par son atelier de réparation, maintenant situé à Tabakalera, plus de 30 habitantes et habitants qui ont apporté avec eux leurs appareils électroménagers et leurs machines domestiques abîmées.

Leave a comment

Make sure you enter the (*) required information where indicated. HTML code is not allowed.