Stop War Festibala
2016-03-07

« Stop War Festibala » revendique une position active contre les guerres

Avec plus de 200 artistes, 4 scènes et 70 stands d'art et de gastronomie, les 25, 26 et 27 mars Stop War Festibala revendiquera le potentiel de la culture contre la guerre.

Les journées La guerre commence ici fournira au festival un espace pour la réflexion et le débat et accueillera une rencontre des maires en faveur de la paix.

L’artiste malienne Inna Modja, reconnue pour son engagement en faveur des droits des femmes, ainsi que les groupes basques Esne Beltza et Niña Coyote eta Chico Tornado, complète l'affiche annoncée en janvier.

 

Le week-end du 25 au 27 mars Stop War Festibala remplira les rues de Saint-Sébastien de théâtre, de musique, d’expositions... avec un programme conçu pour lancer un message antiguerre et inviter à la réflexion sur les conséquences de l'intervention armée sur un conflit.

Programmation diurne

Stop War Festibala offrira plus de 50 activités et événements répartis sur trois scènes situées le long de la rivière Urumea convertie en colonne vertébrale. Musique, théâtre, arts du spectacle, magie... Un échantillon remarquable d'événements conçus par la plate-forme Kultura Alternatiboa et qui a compté sur la participation de groupes, de collectifs et d’artistes locaux.

Espace de réflexion

Stop War Festibala combinera le loisir et la réflexion ; ainsi, le vendredi et le samedi aura lieu le programme La guerre commence ici, afin d’aborder les défis actuels de l'antimilitarisme et des moyens de promouvoir une culture de la paix dans notre société.
Samedi 26 à 11 h 00, la salle plénière de la mairie de Saint-Sébastien accueillera la rencontre des maires pour la paix sous le titre Municipalités et mairies face aux guerres. En compagnie de la maire de Madrid, Manuela Carmena, au cours de cette rencontre l’on pourra écouter des opinions d’autres dirigeants comme Josep Maioral y Antigas, maire de Granollers et vice-président de l'organisation Mayors for Peace, ainsi que le premier conseiller municipal de Tudela, Eneko Larrarte, le maire de Renteria, Julen Mendoza et le maire de Saint-Sébastien, Eneko Goia, qui sera l’hôte.

La veille, le vendredi 25, la Maison de la Paix et des Droits humains d’Aiete accueillera une série de conférences pour encourager une réflexion et un débat autour des conflits actuels qui secouent le monde, la possibilité de développer des modèles de défense alternatifs et l'importance de la culture et de l'éducation dans la construction d'une société pacifique, entre autres sujets.
Ces deux forums ne seront pas les seules possibilités que Stop War Festibala donnera à la parole et au débat. Encouragé par le Festival, 500 étudiants de 10 écoles de la ville ont participé à l'initiative « Qui est qui » de la Coordinatrice d’ONG du Pays Basque, qui analyse les raisons et les intérêts qui se cachent derrière la guerre et les conflits armés. Les étudiants participants présenteront le résultat de ce processus le 16 mars à 10 h 30 au Théâtre Victoria Eugenia.

Programmation nocturne

La scène Zubia, où les concerts du soir auront lieu, sera située sur le pont de Maria Cristina. Les six concerts pourront être appréciés sur le pont lui-même, ainsi que son prolongement jusqu’à la rue Prim.

Avec ceux déjà annoncés Bob Geldof & The Boomtownrats, Nick Lowe et Gose, trois artistes engagés qui clôturent une affiche qui réunit toutes sortes de propositions musicales.

Inna Modja vient du Mali, une artiste avec un grand succès en France et qui derrière ses rythmes accrocheurs cache des messages profonds. Ardent défenseur des droits des femmes, elle a récemment déclaré devant l'ONU encontre de l'ablation, un fléau qu’elle a elle-même souffert.

Esne Beltza viendra sur le pont avec son dernier album Esna, qui a impliqué des collaborateurs comme le Canijo de Jerez ou La Pegatina. Ce dernier travail, fidèle à la sensibilité que le groupe a toujours montré, leur ouvre les portes du circuit européen des festivals.

Niña Coyote eta Chico Tornado en seront les hôtes. Le duo d’Egia, profitera du festival pour présenter en première leur deuxième album.

L'empreinte du festival

Bien que le festival aura lieu les 25, 26 et 27 mars, plusieurs activités auront lieu durant les jours antérieurs et suivants l'événement.
Le 24 mars à 19 h 00, l’espace 2016 accueillera plusieurs projections d'art, inspirées par la guerre et la violence. Si proche, si loin est le titre qui réunit les audiovisuels réalisés par Santi Bosch et Susana Urquia. La projection sera accompagnée de percussions africaines en direct.

En outre, le 2 avril, le Théâtre Principal accueillera un marathon de cinéma anti-guerre.  Des titres si connus comme Les sentiers de la gloire (Stanley Kubrick, 1957) ou No man’s land (Danis Tanovic, 2001) font partie d'un cycle qui vise à travers des films à sensibiliser sur le non sens de la guerre. Le cycle débutera à 10 h 00 du matin et la dernière projection commencera à 19 h 50.

Un jour plus tard, le dimanche 3 avril, l’auteur-compositeur, guitariste et poète cubain Silvio Rodriguez donnera un concert spécial à 20 h 00 au Vélodrome d'Anoeta. Rodriguez, représentant caractéristique de la musique de son pays connue sous le nom de Nueva Trova Cubana et artiste UNESCO pour la Paix, clôturera deux week-ends intenses contre les conflits armés.

 

Leave a comment

Make sure you enter the (*) required information where indicated. HTML code is not allowed.